• Vendredi, il s'est passé un truc qui m'a fait de la peine au boulot, même si je ne suis pas directement impliquée mais ça m'interpelle.

    Je vous ai déjà parlé de la Blonde, une fille que j'aime bien, très brillante et sympa, je bosse pas mal avec elle et c'est très agréable. Mais quand on est belle et brillante (et sympa en plus), forcément, on peut avoir quelques soucis avec les collègues de sexe féminin. Notamment avec Voix de crécelle qui la cherche et lui reproche notamment de "parler trop fort". C'est un peu l'hôpital qui se moque de la charité, quelque part.

    Vendredi matin, juste avant que j'arrive, ça se dispute. En cause la Blonde et une autre fille qui est arrivée y a deux mois et que j'aime bien, même si je suis une des rares, apparemment. Mais je ne travaille pas avec elle, je ne parle que de la personne donc il m'est difficile de me prononcer à ce sujet là. Déjà le mois dernier, en réunion, la Blonde avait demandé à une autre fille de se montrer sympa avec elle car "elle arrive pas dans un contexte facile". En résumé de ce que j'ai compris : la fille qui était à ce poste avant visait celui de la Blonde qui n'était pas dans la boîte avant. Du coup, comme elle l'a pas eu, elle s'est barrée de la boîte, l'autre fille qui devait se montrer sympa visait ce poste mais finalement, le boss a embauché la fille que j'aime bien pour lui filer ce poste. A partir de là, on comprend pourquoi la Blonde et celle que j'aime bien ne sont pas hyper appréciées alors que techniquement, elles n'y sont pour rien.

    Donc, vendredi matin, je ne sais pas exactement pourquoi, la Blonde et celle que j'aime bien se sont accrochées et celle que j'aime bien s'est pris un "tu devrais te méfier, tu n'es pas appréciée, ici!". Autant j'aime beaucoup la Blonde, autant je trouve qu'elle a déconné de dire ça en public même si peu de personnes étaient déjà arrivées. Je comprends qu'elles sont toutes deux sous tension, tout ça mais quand même, ça ne se fait pas. Vendredi soir, certaines vont boire un verre au bar d'à côté, je passe mon tour, fatiguée. Vers 20h30, l'hyperactive m'appelle "tu sais, la fille que tu aimes bien, elle a été renvoyée, on la verra plus!". Elle était encore en période d'essai donc voilà.

    Hier soir, il y avait l'anniversaire d'une collègue, nous étions 4 du boulot à venir, nous avons largement commenté l'info. L"idée générale est vraiment qu'elle n'a pas eu sa chance mais c'est compliqué... QUoi qu'il en soit, je me rends compte que si je suis comme un poisson dans l'eau dans mon taf, c'est juste que je suis du bon côté de la barrière. Ca tient à rien.

    1 commentaire
  • Me voici de retour de mes vacances un peu éclair dans le sud avec pas mal de choses à vous raconter. Mon Noël, bien sûr mais commençons par la soirée de Noël de la boîte parce que ce fut rigolo et une très bonne soirée. Oui, quand on écrit pas pendant plusieurs jours, on doit faire plusieurs articles pour rattraper son retard, ça m'apprendra.

    DOnc mardi 18 décembre, 19h, c'est le pot de Noël dans ma boîte et je suis sous actifed. Je pourrais vous faire remarquer que rhume+vacances de Noël = explication de pourquoi pas d'articles mais je le fais pas. Ah, si, je viens de le faire. Bref. Le concept est le suivant : tout le monde ramène un cadeau de moins de 5 euros comme ça, on aura tous un petit cadeau. A 19 heures, on est donc là avec mes potes mes collègues. Une petite coupe de champagne Camille ? Oui mais juste une parce que je suis sous médicaments à cause de mon rhume, tu vois. 4 verres plus tard, j'aime tout le monde. Le métisse est un peu pété aussi et totalement gay. Y a un autre gars qui veut l'embrasser mais il refuse, il tripote la guirlande que j'ai mise autour de mon cou (pour vous dire comme je suis sobre), s'amusant à la tortiller dans tous les sens autour de moi. Mais là où on voit bien qu'il est pédé, c'est que ses gestes sont sans équivoque.

    Ce n'est pas grave, j'ai repéré un super beau mec que je n'avais encore jamais vu. Après la remise des cadeaux, les groupes se mélangent et me voici à discuter avec ce beau gosse et un autre pas mal du tout non plus. Mais la terrible révélation arrive. Au détour d'une conversation, le jeune homme lâche goguenard : "ouais, j'ai 23 ans". Dans mes dents, 4 ans de moins que moi ! Et l'autre? "Ah moi, aussi". Je suis vieille. Mais c'est pas grave, j'en embarque un des deux pour aller fumer dehors. Là, je retrouve plein de gens donc certains de mon bureau à qui j'ai jamais parlé, notamment une des inséparables qui, en fait, est sympa. Comme quoi...Bref, je me fais soudain plein d'amis, la vie est belle, youhou.

    Bref, une très bonne soirée. La prochaine? Le 10 janvier pour les voeux !

    votre commentaire
  • Note pour moi même : rapatrier mon mug à soupes sur mon bureau dès qu'il est propre. Parce qu'au vu de son état hier, quelqu'un a bu du thé dedans.

     

    J'enquête... 


    1 commentaire
  • Ou la truie, je sais pas encore.

    Une nouvelle enquête pour Camille Holmes, grande détective qui n'a jamais su si Boîte à bruits avait une maîtresse... Dans ma boîte, y a des gens quand même pas propres : les mecs qui puent la transpiration à 100 mètres, des nanas qui ont des dreads naturelles à force de pas se peigner... Mais là, aujourd'hui, j'ai été face à un acte de saleté ignoble. 15h, je décide qu'il est l'heure d'évacuer mon café (et celui de ce matin aussi). Guillerette, je me rends aux toilettes, je ferme la porte et là, quelle horreur !!! La personne avant moi n'a pas tiré la chasse...

    Alors là, j'avoue que ça me dépasse complètement. Qu'on se lave pas ou qu'on se brosse pas les cheveux, ça ne regarde que soi mais ne pas tirer la chasse, quand même ! Est-ce que chez eux, ils laissent leurs petits restes dans les toilettes sans les évacuer ? Moi, c'est une question de réflexe, je me rhabille et je tire la chasse, c'est mathématique. Même dans mon ancienne boîte avec que des mecs, je n'ai jamais trouvé une chasse mal tirée. Et ce n'est pas qu'elle marchait pas puisque je l'ai tirée en entrant puis en sortant (oui, je fais pas pipi sur les excréments des autres). Maintenant, je vais surveiller les toilettes, même si elles sont dans mon dos.

    Sinon, dans la série "Camille est une masochiste", je flirte outrageusement avec le métisse, des fois qu'il soit bi. Le jeu du jour : il y a une soirée lundi où j'étais moyennement motivée mais lui y va. Normalement, on ne peut y venir qu'à 8 et lui a beaucoup plus de monde à inviter donc il m'a demandée si je pouvais prendre de ses invités sur mon invitation. Forcément, j'ai dit oui. Forcément, faut que je trouve quelqu'un pour m'accompagner. Et il m'a promis un cadeau pour me remercier (parce que je l'ai réclamé, ok). Si ça pouvait être lui le cadeau... Oui, je sais, je suis folle, il est pas attiré par les filles mais est-ce que c'est ma faute à moi s'il me fait craaaaaaaaaaquer?

    2 commentaires
  • Vous aviez cru que j'étais morte?? Mais pas du tout ! Juste qu'avec les grèves et tout ça, je rentre chez moi claquée et je n'ai pas le courage de prendre ma plume virtuelle pour vous raconter ma vie. Pourtant, j'en ai des choses à raconter. Je commence par le boulot, je vous parlerai des hommes plus tard.

    Bientôt un mois que je suis là, déjà... En fait je me sens parfaitement intégrée donc j'ai pas l'impression que ça fait juste un mois. Du coup, je commence à mieux connaître mes collègues, ce qui confirme certaines tendances observées : les inséparables ne sont pas mélangeables aux autres personnes de la société. Au point que l'une des deux, on ne connaît même pas son prénom. Les "autres", sont divisées en 2 groupes, en fonction de la place de leu bureau en fait : 3 d'un côté, 3 de l'autre même si j'ai l'impression que dans un des groupes, y en a une qui fait bande à part. Je suis donc dans le meilleur groupe même si y en a une qui me fatigue, on va l'appeler l'hyperactive (déjà, rien que le pseudo, on situe ce qui me fatigue). Comme vous le savez, j'aime travailler dans le calme parce que c'est comme ça que je suis la plus efficace. Or y a des moments où l'hyperactive décide qu'il n'est plus temps de travailler et commence à s'agiter. Elle crie, elle court, elle vient vous parler alors que là, on bosse, tu vois. Du coup, son hyperactivité lui fait faire des choses étranges. Du genre avant hier, on était debout côte à côte à attendre que tout le monde soit prêt pour aller déjeuner, j'ai mon sac à main sur mon épaule. Et là, elle commence à s'agiter et shoote dans mon sac. Pas fort, certes, mais elle donne un coup de pied dans mon sac... Celui accroché à mon épaule. Je la regarde, atterrée et je lui fais remarquer qu'elle n'est pas obligée de donner des coups de pied à mon sac parce que déjà, j'ai une bouteille de jus de fruit dedans et puis merde, c'est mon sac. Autre exemple : vendredi dernier, on décide de manger dans l'entreprise, je vais m'acheter des fruits pendant que les autres vont à la boulangerie. Quand je reviens, tout le monde est assis à son bureau à déjeuner en surfant. Sauf elle qui est installée sur mon bureau avec une autre fille, ce qui fait que j'ai dû manger sur un coin de mon bureau sans pouvoir surfer, à écouter une conversation à laquelle j'avais pas envie de participer. A un moment, elles veulent voir un truc sur le net. A 14h30, j'ai dû les virer en leur faisant remarquer que j'avais du travail. Grrrrr ! Le pire du pire du pire, c'est qu'elle me fait "ah mais en fait, t'es comme moi, toi, tu fous l'ambiance", tout ça parce que j'ai rigolé un peu fort hier suite à un grand n'importe quoi avec les gens de mon service. Alors, elle est gentille, hein, mais moi, j'aime le caaaaaaaaaaalme.



    Sinon, y a une particularité bizarre ici : y a des gens sales et pas qu'un peu. Je sais que ça m'obsède un peu ça aussi mais c'est un truc que je comprends pas. Déjà, y a deux filles, je m'en approche pas trop à cause de ça. Y a un développeur aussi, c'est terrible, il pue la sueur à 3 km à la ronde. Une fois, il est passé dans notre open space pour je ne sais quoi, une fille a ouvert la fenêtre à peine il était parti pour aérer. La semaine dernière, je dois aller au bureau des développeurs, je ne le connaissais pas. En rentrant, je plisse les narines : ça pue le mâle ! Ah ben, oui, je le découvre assis au fond, je l'avais pas vu !

    Bon, je crois que je vais militer pour installer des douches au bureau. Et pour rendre l'utilisation de celles-ci obligatoires.


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique